Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UNE BELLE MANIFESTATION FRANCO - ITALIENNE A HUSSEIN-DEY

Antoine ALONZO Honoré.

Le 25 octobre 1932, Antoine ALONZO, était honoré à l'occasion de sa promotion comme chevalier de la couronne d'Italie. Voir ci après le compte rendu de l'évènement dans l'édition de l'Echo d'Alger du 27 octobre 1932 :

Dans un de nos précédents numéros, nous avions annoncé que notre ami Antoine Alonzo entrepreneur de travaux publics à Hussein-Dey avait été fait chevalier de la Couronne d'Italie, ordre qui correspond à notre Légion d'honneur. 

La remise des insignes, au nouveau décoré a donné lieu à une belle manifestation où communiaient de hautes personnalités italiennes et les autorités communales d’Hussein-Dey.

Les correspondants locaux de la presse d'Alger avaient été invités à l'apéritif qui fut donné dans la grande salle au bar Tourbillon, laquelle était devenue trop petite pour recevoir tous ceux qui étaient venus apporter leurs marques d’amitié à Mr. Alonzo.

M. Louis Pascal, principal organisateur de cette fête, ouvrit la série des discours  en rappelant les origines modestes de M. Alonzo et la situation de premier plan qu'il s'était acquise par un labeur acharné ; rendit hommage à sa belle conduite pendant la guerre sur le Piave et à Bligny, alors qu'il faisait partie du corps expéditionnaire du général Albricci sur le front français. 

M. Pascal énuméra les importants travaux exécutés en Algérie par M. Alonzo, notamment les habitations à bon marché d'Alger et l'école d'Ouled-Fayet qui lui valut les félicitations de M. le Gouverneur général Steeg. 

M. Giolli, représentant M. Magistrati consul général d'Italie, prit à son tour la parole et se fit le porte-parole de toute la colonie italienne d'Alger pour féliciter M. Alonzo de la distinction que venait de lui, conférer le gouvernement italien. 

Notre correspondant, M. Aubarbier, parla en ces termes : Je dois d'abord vous remercier au nom du Journal que je représente et en mon nom personnel, d'avoir bien voulu m'inviter à cette belle manifestation. C'est de grand cœur que je félicite M. Alonzo de la distinction dont il vient d'être l'objet. J'en éprouve d'autant plus de plaisir, que j'ai pu depuis déjà longtemps, apprécier ses qualités morales. 

Il m'est également agréable de participer aujourd'hui à l'allégresse de la colonie italienne d'Hussein-Dey, en rai-son des souvenirs qui me rattachent aux Italiens qui combattaient avec moi en 1918 sur le front de l'Aisne. 

Alors que j'appartenais à l'artillerie lourde française, je coopérais d'une façon active avec l'armée italienne. En ma qualité d'observateur, j'avais mon observatoire à côté de celui de la division italienne et nous nous faisions
ciproquement part de nos observations. 

Soldats italiens et français, nous couchions ensemble dans le même trou sous la terre, vivant la même vie, supportant les mêmes souffrances, exposés aux mêmes dangers. 

A la fin de septembre 1918, quand, étant tombé malade je dus quitter le front, ce sont les Italiens, chez lesquels j'avais trouvé d'excellents camarades, qui m'ont évacué à l'intérieur. 

Aussi, rien ne me chagrine davantage que lorsque j'entends parler de frictions entre la France et l'Italie. A ceux qui me disent qu'il pourrait y avoir une guerre entre nos deux nations, je n'hésite pas à répondre : Jamais de la vie ! 

M. Ferré, maire d'Hussein-Dey, qui présidait cette fête, assisté de son premier adjoint, M. Poirson, prononça à son tour le discours suivant : 

M. Alonzo, mes chers amis, 

Je suis très flatté d'avoir été invité à cet apéritif donné en l'honneur de notre excellent ami Alonzo, pour pouvoir lui dire, en mon nom personnel et au nom de mes collègues du conseil municipal, le plaisir que nous a procuré la haute distinction dont il vient d'être l'objet de la part du gouvernement Italien. 

J'ai été particulièrement réjoui, quand j'ai appris cette bonne nouvelle, d'abord parce que M. Alonzo est l'homme sympathique et probe par excellence, qui ne compte partout que des amis, et aussi parce que nous avons été tous heureux de voir son mérite justement récompensé. 

Nous sommes très contents cher M. Alonzo de voir briller sur votre poitrine, cette croix, insigne d'honneur, justement réservée à ceux qui ont su se distinguer et n'ont pas craint de faire leur devoir, sans réticence, au moment opportun. 

Elle est la récompense de vos hautes vertus dont vous nous avez maintes fois donné les preuves. 

Je lève mon verre à notre amitié, à votre santé, à votre joie à tous, ici présents, et à notre fraternité loyale et franche. 

M. Alonzo bien plus ému qu'il ne voulait le paraître exprima ses remerciements à tous ceux qui étaient venus lui témoigner leur sympathie. 

Mme Alonzo fut associée à l'hommage rendu à son mari et reçut, en cadeau un superbe pendentif. 

Cette fête qui se termina par un banquet offert par M. Alonzo à la Grande Terrasse, fut d'un grand réconfort moral pour ceux qu'inquiète l'époque troublée dans laquelle nous vivons. 

L. A. 

Tag(s) : #CEREMONIES ET FETES

Partager cet article

Repost 0