Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hussein-Dey, 23 août (de notre correspondant particulier). — Ce matin, à 3 heures, la sirène d'alarme actionnée par les services de police, réveillait en sursaut toute la population d'Hussein-Dey.

Toute l'usine de bouchons Joan, Johnson et Turner qui tient plus d'un hectare entre les rues Albert-Bœnsch et Gambetta, était en feu. En peu de temps, l'usine, où étaient entreposés plusieurs milliers de quintaux de liège, ne fut qu'un vaste brasier.

L'entrepôt de bois Brustier, la scierie Lillo, la maison Bénéjean, le dépôt d'huiles de la C.I.P.A.N., le garage Schembri et Pettenaro, l'usine d'engrais Pertus menaçaient de s'embraser quand les pompiers d'Hussein-Dey, dirigés par le sergent-fourrier Bosch Antoine, suivis peu après des pompiers d'Alger, sous la direction du commandant Farnet et de ceux de Maison-Carrée, commandés par le capitaine Crocherie, attaquèrent le feu au moyen du puissant matériel dont ils disposaient.

Leurs efforts conjugués eurent pour résultat de circonscrire l'incendie et de protéger les établissements énumérés plus haut. D'autre part, de nombreuses personnes de bonne volonté s'étaient employées à limiter les risques d'incendie en évacuant rapidement les autos du garage Schembri et Pettenaro et les innombrables pipes et fûts d'huile de la C.I.P.A.N.

M. Ferré, maire, arrivé un des premiers sur les lieux du sinistre, paya de sa personne sans désemparer, jusqu'à ce que tout danger d'extension de l'incendie fut écarté. Remarqué également sur les lieux de nombreux adjoints et conseillers municipaux.

Le service d'ordre, assuré par la police, la gendarmerie et les troupes de la garnison, fonctionna à merveille, grâce à quoi de nombreux accidents furent évités.

C'est ainsi qu'un mur s'écroula, obstruant complètement la rue Gambetta, alors que ladite rue venait d'être évacuée par un public nombreux.

La motopompe d'Hussein-Dey, à pied d'œuvre dès le début et qui fonctionne encore à l'heure où ces lignes sont écrites, a montré sa puissance et son bon fonctionnement.

Les dégâts de l'incendie s'élèvent à environ un million 500.000 frs. Ils sont couverts par une assurance.

La police a ouvert immédiatement une enquête, qui semble sur le point de révéler les causes du sinistre.


 

Violent Incendie à Hussein-Dey en août 1933.
Tag(s) : #CATASTROPHES

Partager cet article

Repost 0